Généralités

De Wikiggg.

Aller à : Navigation, rechercher

L'outil GGG a été conçu autour des notions de clichés, d'actes et d'individus, dans un environnement web. Il ne demande donc qu'une connexion et un navigateur Internet pour fonctionner.

Sommaire

Entrée et sortie

L'entrée dans l'application est soumise à un contrôle préalable : identifiant + mot de passe. Si le contrôle est positif l'application démarre en activant les fonctions correspondant au profil de l'intervenant.
La sortie de l'application se fait simplement en fermant la fenêtre du navigateur Internet


Première identification

Pour réussir la première connexion à VISAGe, ou après la réinitialisation du compte, il faut être muni des deux codes reçus par courriel : l'identifiant (ou "login") et le mot de passe provisoire, à usage unique. Identification.jpg
Après avoir saisi ces deux codes et cliqué sur le bouton "Connexion", une nouvelle fenêtre s'ouvre, elle est destinée à la saisie du nouveau mot de passe définitif que l'usager doit définir. Pour éviter les erreurs, la saisie doit être faite en double :
Nouveau passe.jpg
Ce nouveau mot de passe est celui qui servira désormais pour établir les connexions à VISAGe, il ne faut donc pas le choisir à la légère et il est conseillé de le noter soigneusement. Si les deux saisies sont identiques, après avoir cliqué sur le bouton "Changer", la session de recherche s'ouvre par l'affichage de la page d'accueil et du menu de "lecteur".


Ouverture des sessions suivantes

Lorsque la première connexion à VISAGe s'est bien déroulée un mot de passe définitif a été créé, il servira à l'ouverture des sessions suivantes. En cas d'oubli, on pourra faire appel au robot du site en cliquant sur la commande correspondante pour recevoir un nouveau mot de passe à usage unique, ou bien lancer un SOS au webmestre qui en délivrera un nouveau définitif.

Environnement

L'application web du GGG s'est fixé comme premier objectif l'efficacité, son environnement est donc sommaire pour ne pas dire austère. L'utilisateur se familiarisera vite avec les quelques commandes qui lui sont nécessaires et dont les principales sont listées dans un "menu" occupant la partie gauche de l'écran. Il est possible de faire disparaître ce menu pour agrandir la partie droite, consacrée aux données, et de le faire réapparaître au besoin. Cette partie droite est destinée à présenter deux types de données :

et dans tous les cas la ligne du haut comporte un certain nombre de boutons de commandes adaptées aux besoins.

Clichés

Un cliché est une photo d'un document d'archives (une page ou une double-page de registre d'état civil). Les clichés sont organisées en séries qui sont associées à un lieu, une référence de registre et une période. Chaque cliché porte un nom ou un code (en général un nom de fichier) qui l'identifie dans sa série. Un cliché peut également être identifié par son numéro de séquence.

L'outil du GGG permet :

on peut ainsi, progressivement, constituer des séries de clichés reproduisant virtuellement les documents originaux conservés dans les archives, et "feuilleter" les séries de clichés comme si l'on tournait les pages des registres.

Actes

Il y a trois catégories d'actes d'état civil :

L'outil du GGG prévoit d'associer à un acte d'état civil la photo du document d'archive qui le contient. Cette association se fait automatiquement lors d'une opération que l'on appelle "Saisie" consistant dans le relevé des informations essentielles de l'acte, mais elle est également possible pour des actes ayant déjà été transcrits dans le cadre de différentes campagnes de dépouillements systématiques.

Registres

Les actes d'état civil sont réunis par catégories, localités et époques au sein de documents appelés "registres". Rédigés dans les paroisses (avant 1792) ou les communes (à partir de 1792), les registres sont conservés dans les Archives Départementales ou dans les mairies.
Un registre conservé dans une mairie est intitulé par la nature des actes qu'il contient et par la période correspondante, exemple "Naissances 1833-1842".
S'il est conservé aux Archives Départementales, l'intitulé d'un registre est complété par le nom de la localité et, pour des raisons de simplification, par un code de classement appelé "cote" qui comporte quelques lettres et chiffres, exemple "ESup200".
L'outil du GGG gère les copies virtuelles de ces registres sous le nom de séries de clichés.

Individus

Les personnes citées dans les actes d'état civil peuvent être directement concernées, c'est le cas d'un nouveau-né, d'un décédé, d'un époux, d'une épouse. D'autres sont seulement des témoins plus ou moins privilégiés comme les parrains d'un nouveau-né ou le conjoint d'un décédé. Dans les recherches qui seront lancées à propos d'un patronyme, toutes les personnes portant ce patronyme seront citées quel que soit leur statut donnant ainsi accès à beaucoup plus d'actes.

Lieux

Les communes actuelles et les paroisses anciennes sont des notions qui ne se recouvrent pas toujours. En effet, certaines paroisses, trop petites, ont été regroupées au sein d'une même commune. Réciproquement, certaines grosses paroisses ayant plusieurs annexes ont pu être scindées en plusieurs communes. La liste des lieux utilisée dans cette application web du G.G.G. mentionne donc d'abord le nom de la paroisse, puis celui de la commune, et enfin celui du canton. En effet, si les registres relèvent des paroisses ou des communes, les tables récapitulatives établies tous les dix ans (que l'on appelle "Tables décennales") sont regroupées par canton.

Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Navigation
Boîte à outils